Des plus simples aux plus circonstanciés, anonymes ou signés, voici vos témoignages sur votre ressenti à propos du confinement, sans censure, tel que vous vous êtes exprimé ! Merci d'avoir participé à cette enquête.

En espérant pouvoir se retrouver "en vrai" dans les meilleurs délais.

Confinement utile et correct, déconfinement en attente le public jamais content pénible

Pas vraiment de gros problèmes : je passe mes journées dans mon champ et j'ai une voisine qui fait mes courses .

Compte tenu de mon âge cette période de confinement n'a pas été très différente de mon activité habituelle, seules les réunions au sein des diverses associations et les contacts y afférents m'ont manqué ainsi que la possibilité de sortir et d'aller au restaurant avec mon épouse. Il faut à partir d'un certain âge profiter du temps présent. Carpe diem! André CRETON - VAR

Le confinement est une période difficile et anxiogène, mais nous avons la chance d'avoir maison, jardin, piscine. Il en résulte que nous étions dans de bonnes conditions matérielles En ce qui concerne le déconfinement, nous attendons les masques et respecterons les règles. Nous ne sommes pas très optimistes

souhait de reprendre mes activités bénévoles en faveur des démunis ainsi que l'aide alimentaire avec l'appui de la Banque Alimentaire du département.

Et bien en voilà une drôle de période ! Je n'aurais jamais imaginé vivre de tels moments. Pourtant cela nous a permis de faire pas mal de choses que nous avions reportées, surtout du rangement, (le garage est plein de choses à emmener à la déchèterie)... Moi qui peint, j'en ai profité pour tester de nouvelles techniques pour réaliser des tableaux différents dans un futur proche. J’ai consacré pas mal de temps à la peinture c’est vrai ! Mon épouse a expérimenter de nouvelles recettes culinaires, toutes les unes plus succulentes que les autres… Grande nouveauté aussi, nous avons donné un coup de main à la continuité pédagogique en assistant notre petit fils par visio-conférence. Cela soulage les parents et nous à permis d’avoir un contact régulier de visu avec lui. C’était génial : les grands parents et l’enfant y ont trouvé leur compte. Alors bien sûr pas question de faire voler le drone, même si je pouvais le faire sous couvert de ma société. Mais les clients ne se sont pas bousculés pour me demander des prises de vues aériennes. Qu’à cela ne tienne ! J’ai profité des sorties autorisées pour prendre quelques clichés de mon village et des alentours, déserts, de jour comme de nuit, dans une beauté un peu mystérieuse. Certaines de mes photos seront reprises par la municipalité pour illustrer le journal de la commune au mois de juin. Le 11 mai, pourtant ce ne sera pas la grande libération. Nous continuerons à être très prudents. Nous reprendrons progressivement nos activités, comme la randonnée, la photo,… Nous sommes impatients de retrouver les nôtres « en vrai », mais notre philosophie de vie sera changée : nous profiterons pleinement de chaque instant. La vie est si précieuse et si fragile… Alain SUISSA - Alsace

Vivant presque toujours seul à la campagne cela n'a engendré pratiquement presque aucun changement

En dehors du ressentiment de certains envers ces "vieux" pour lesquels on est obligé de rester cloitrer sans boulot, mon épouse et moi passons cette période le moins mal possible !

Jean-Marc Revaz Suisse

Nous ne sommes pas du tout sortis sauf dans le parc privé de la copropriété; nous avons été ravitaillés spontanément par deux voisines deux fois par semaine. Pour la sortie, nous attendrons que les modalités soient claires et respectées et d’avoir des masques.

Le handicap apparent de vivre à la campagne s'est révélé un atout. Le déconfinement va signifier plus de liberté, aller plus loin, en prenant les précautions voulues. CC Occitanie

Merci de vous inquiéter des adhérents. J'ai des voisins .très attentifs qui me font souvent des courses. Mais il m'arrive aussi de sortir. Je suis très privilégiée. Merci encore. Annick Augé.

Suivre scrupuleusement les recommandations des pouvoirs publics

Donc, comment nous avons vécu le confinement ? Normalement vu du coté de mon épouse, trés bizarrement en ce qui me concerne. Le 16 mars je me suis cassé la rotule suite à une chute. Pas question pour moi d'aller en milieu médical pour faire les radios les ponctions etc, donc mon médecin m'a dit tu vas donc souffrir 3 semaines. Je respectais donc contraint et forcé, le confinement à la lettre , enfermé devant mon ordinateur sur lequel j'avais installé la Radio, la Télé, branché une batterie de disques dur pour avoir des films, tout ce qu'il faut pour ne pas voir le temps passer. J’avais hâte cependant de reprendre la restauration d'une deuxième 2 CV pour mon épouse avant de partir dans la boite . Hélas vers mi avril j'ai attrapé une "cochonnerie" qui m'a conduit à un test de Covid 19. Heureusement ce n’était pas cela , mais le milieu médical ne sait pas ce que c'est. Par contre une fatigue extrême, m’empêche de reprendre mon "travail" et moi qui est toujours été très actif physiquement (par de ricanements SVP) je crains d'avoir en plus été atteint par le virus de la flemmingite aiguë . Pourvu que je ne sois pas en retard à mon enterrement ! Guy CASTRE Région Pays de Loire

Période assez difficile en raison de l'impossibilité d'effectuer ses courses car personne qualifiée à risque (>65 ans). La ville a effectué un traçage (contact téléphonique) des personnes retraitées pour obtenir des renseignements. Savoir de quelle manière la situation est vécue, s'il y avait des aides (voisins, enfants) ou, si nécessaire, mettre des personnes à disposition pour effectuer les courses. Une excellente démarche pour la survie de ses citoyens. Hier, lundi 27 avril, le déconfinement vient de débuter pour certaines activités. Déjà observé avant cette date, les consignes n'ont pas toujours été respectées ! Certains retraités se considèrent en bonne forme et ne comprennent pas la raison de suivre les recommandations formulées. Comme le souhaitent les autorités, conseillés par des spécialistes, procéder au déconfinement par étapes est certes une bonne chose mais le maintien de la distanciation sociale demeurera un gros handicap pour qu'il n'y ait pas de seconde vague avant la maîtrise de ce coronavirus. Comment se comporte-t-il plus précisément dans notre environnement ? Existence d'un vaccin suffisamment efficace, même s’il faut plusieurs mois pour le réaliser, si ce n'est fiable à 100%, pour une majorité de virus de même type. Connaître la vérité sur l'efficacité du port de masque, quels types de masque recommandé, comment gérer tout l'appareil sanitaire afin de mieux gérer les futures pandémies. Disposer de stocks de produits médicamenteux et matériels de protection pour répondre aux besoins rapidement. Bien entendu des stocks coûtent et doivent périodiquement être renouvelés. Tenter de tirer les enseignements des limites de la mondialisation, ce que cette dernière n'a pas permis de faire, car elle n'est plus gérée et maîtrisée par le monde politique. Les accords commerciaux et les contrats importants pour toute industrie ne résolvent pas les problèmes auxquelles le monde est et sera confronté après un tel coup de frein. Souhaiter que l'Europe s'en sorte (grandie) par rapport aux grandes puissances. Imaginer un mode de vie et d'économie différent tout en maintenant des possibilités d'échanges sans bloquer les frontières. Que les autorités politiques reprennent en main certains fonctionnements devenus anarchiques au nom de la liberté de commerce et de la soi-disante autorégulation des marchés. Les différences historiques ont depuis longtemps existé et la géo-politique ne se modifie pas en l'espace d'une génération. Il est indispensable de reconsidérer ce qui nous est indispensable pour vivre, à savoir l'eau (douce)et l'agriculture. En particulier payer un juste prix pour ces biens et en particulier pour ceux qui sont de proximité, régional. Certes il est fantastique de bénéficier de fruits et légumes de toutes provenances, quelle que soit la saison. Mais le corollaire est une forte nuisance à l'environnement où l'air, mais particulièrement l'eau devient un enjeu autrement plus délicat à gérer par l'ensemble des nations, voire au plan local déjà, par rapport à ce que nous vivons depuis le mois de février. Comment les contrées, presque partout dans le monde, très prisées par les voyageurs, vont-elles survivre avec beaucoup moins de touristes ? De nombreux déséquilibres, entre régions vivant principalement du tourisme, vont créer des conflits d'intérêts qui seront difficilement gérables. Les partisans de la décroissance, des luttes pour le climat, seront bien inspirés de rapidement proposer leurs solutions pour autant qu'elles soient non seulement réalistes mais réalisables quelques soient les points géographiques de notre chère TERRE. Peut-il y avoir un résumé ? Pour le confinement : faisable, quoique pas facile car beaucoup d'habitudes sont bouleversées. Pour le déconfinement : difficile, voire très difficile, car les retombées non seulement au plan humain mais en termes économiques risquent de laisser des traces durablement douloureuses que les algorithmes des financiers qui, rappelons-le, mènent le monde, n'ont pas la capacité de gérer tant la diversité des situations sur notre planète est grande. L'histoire a cependant montré que l'HOMME, avant l’avènement des outils de communication actuels et des réseaux sociaux, a des capacités de résilience face aux problèmes qui se sont présentés ou qu'il s'est lui-même créés par son comportement. Signé : Un suisse qui, tout en admirant le beau plan d'eau que forme le lac Léman, forme ses vœux les meilleurs de santé à l'ensemble des générations et particulièrement à celle qui est en âge d'exercer un travail. Un MERCI particulier à toutes celles et ceux qui, à tous les niveaux, à beaucoup d'endroits dans ce monde, ont assumé leur tâche/mandat pendant cette période exceptionnelle pour permettre aux gens de conserver espoir, se nourrir, se déplacer, d'obtenir de l'information, des recommandations, de bénéficier de prestations et de matériels créés parfois par des initiatives individuelles.

né en 1931, j'ai vécu la 2ème guerre mondiale.....

alors le confinement.....

Pas de difficultés particulières. J'ai partagé mon temps entre bricolage, lecture, marche quotidienne (1h rayon de 1 km), jardinage,

tv-internet. Maintien des liens familiaux par messenger et tel.

Il me tarde néanmoins de retrouver mes activités associatives et sportives.

J'espère sincèrement qu'au moment où vous recevez ce message vous-mêmes et vos proches vous portez bien. Nous vivons tous actuellement une situation sanitaire inédite qui impacte fortement notre vie familiale, amicale, associative et professionnelle. Nous sommes face à une situation sans précédent et devons tous, chacun à notre mesure, nous adapter afin de limiter au maximum la propagation du virus. le COVID-19, ainsi que le confinement, comme toutes les crises, impactent plus durement les conditions d'existence des plus précaires. Les difficultés d'accès au service public, à l'accompagnement social aux soins touchent en premier lieu les plus vulnérables. Pendant la période de confinement, en tant Président de l'APEHUD-Association Protectrice des Êtres HUmains en danger je ne pouvais pas être sensibles à la détresse des personnes fragiles, aussi malgré ces difficultés les bénévoles et moi-même nous avons assuré la distribution des colis alimentaires aux plus démunis et nous avons engagé auprès des collectivités une mise en sécurité des sans abris. Ma disponibilité m'a aussi permis de rentre service aux personnes âgées d'une résidence seniors. Cette période de confinement m'a permis aussi de jouer le rôle de professeur des écoles en mettant ma disponibilité auprès de ma petite fille qui est en CM2, en mode de planning scolaire. Le déconfinement est nécessaire pour notre pays, à mon niveau je continuerai à respecter les consignes du gouvernement, et je ne changerai pas mes habitudes, c'est à dire mettre mon expérience et ma capacité de travail aux personnes en difficultés. Le vécu de la première phase et le commencement de la période de déconfinement va me permettre de réfléchir: car il faudra voir la conception de la société autrement, et de bien distinguer le superlus et l'essentiel et voir notre capacité de se comporter en période de crise et en mode de vie normal. Voir comment consommer? Plus que jamais, prenez soin de vous ainsi que de tous ceux que vous aimez. Bien chaleureusement.

Jean-Yves SINIMALE 974-Iles de la Réunion

            J'aime avoir un agenda bien rempli et le confinement m'a contraint à

    supprimer la totalité de mes rendez-vous (tennis, bridge, mes représentations

de théâtre en tant que comédien amateur, garde des petits enfants ...),

un vrai crève coeur. Un agenda vide! Comme la nature, le vide me fait horreur.

Une obsession : combler rapidement ce vide en recherchant des occupations de

sédentaire compatibles avec une vie de couple. Et oui 100% du temps à vivre avec

son conjoint quand habituellement nous consacrons une partie de notre temps à

quelques centres d'intérêt propres à chacun. Ce fut finalement assez facile d'occuper

ce temps retrouvé pour faire quelques rangements, revisiter de vieilles photos,

ressortir le scrabble du fond de tiroir, mais aussi s'adonner d'avantage à quelques

activités quotidiennes en y mettant plus d'application, comme la cuisine, le piano

ou la lecture, profiter des technologies modernes pour garder du lien social en

jouant au bridge en ligne avec mes amis bridgeurs, en organisant des apéro-visio

avec les enfants et petits-enfants, en participant au groupe de discussions

créé pour l'occasion par des partenaires de tennis. Et puis, vers le vingtième

jour de confinement, j'ai pris conscience que de ce moment exceptionnel,

il fallait que je laisse une trace écrite. Depuis début avril, j'écris mon journal

de confiné : mes activités, mes coups de coeur, mes coups de gueule,

mes espoirs ou mes doutes. Bref, un vrai moment d'introspection d'une à deux

heures par jour en complément d'un temps comparable consacré à quelques

exercices physiques pour garder la forme.

Des journées finalement bien remplies comme je l'avais souhaité et planifié!

Pour le déconfinement je n'ai pas, pour l'heure, de vision claire de ce que je

ferai, dans la mesure où nous ne percevons pas encore très bien quelles seront

nos marges de liberté. J'apprécierai le moment venu en espérant que je

trouverai les ressorts pour occuper au mieux mon temps comme j'ai pu le

faire pendant le confinement.

Avec beaucoup de précautions

le seul changement il n'y aura plus d'attestation et la distance ne serra plus limitée sinon masque, distanciation et lavage des mains et visage réguliers, ce qui va le plus manquer : les câlins des petits enfants.

Je m'interroge peu sur le contexte sanitaire ; cela prendra le temps qu'il faut mais le vaccin solutionnera le problème. Par contre je suis très perplexe sur l'avenir économique et fiscal de notre pays...mais qui n'est pas seul !!!

Le plus dur a été de ne voir notre petite-fille que de loin et de ne plus pouvoir la câliner.

Tout d’abord, avec mon épouse et nos enfants, nous avons mis en place deux réunions hebdomadaires en vidéo. Nos enfants nous ont fait remarquer qu’on ne s’était jamais autant parlé tous ensemble. Nous avons également cherché à échanger un peu plus par message avec nos voisins. Je crois que cela a été très apprécié. Un cours d’anglais auquel je participais chaque semaine a pu continuer avec l’outil zoom grâce au dynamisme de notre jeune professeure et à une ambiance de groupe très positive. Nous avons essayé d’organiser nos journées avec une partie « temps de jeux » ce qui a permis à mon épouse de s’initier aux échecs. En matière d’anecdote, nous avons la chance d’avoir une piscine et une panne n’a pas permis sa mise en route alors qu’elle était ouverte. L’absence de possibilité de réparation l’a donc fait ressembler à une mare ce qui a permis à un couple de canards sauvage de faire étape quotidiennement dans notre jardin. Notre petite fille de 10 ans à qui nous avons raconté l’anecdote les a baptisés Poseïdon et Artemis. En projet, si confinement dure assez longtemps, je m’attacherai à étudier plus à fond les possibilités de mon appareil photo assez sophistiqué. Nos priorités post confinement seront de revoir nos enfants en organisant des rencontres permettant de respecter les règles sanitaires. Ce sera aussi l’occasion de continuer à prévoir du temps pour le jeu en famille. J’utiliserai davantage facebook, que j’ai découvert prudemment grâce à l’association mais sans passer trop de temps devant les écrans. Bien amicalement.

Georges Lepin Région AURA

Il y a le jardin qui demande beaucoup de soin , j'ai fait appel à un jardinier jeune en emploi service a domicile Donc stand bye , repos et sieste , je profite pour tenter de reparer ma chaine hifi pb de lecture cd et un peu de rangement en éliminant les documents caducs Pour le deconfinement je suis inquiet devant l'irresponsabilité de nos concitoyens car ne m'autorisant que deux sorties courses par semaine , livraison à domicile de boucherie, poissonnerie , entretien , lors de ces sorties les gens n'ont pas compris qu'ils devaient se protéger des autres mais surtout protéger les autres au cas ou ils seraient contaminés.

En adoptant un rythme de vie adapté à la situation, les jours s'écoulent sans trop de difficultés. Nous nous promenons dans Lyon 1 h l'après midi 2 à 3 fois par semaine et découvrons dans e secteur des petite rues inconnues. Bonne occasion de rencontrer (en respectant les distances) des personnes de l'immeuble, de lire quelques livres stockés dans la bibliothèque et de mettre à jour des dossiers personnels en souffrance depuis plus d'un an, mais il en reste encore...

Ce confinement a généré beaucoup de peurs au

niveau de la population,

il est temps maintenant de déconfiner et de relancer toute la machine du vivre ensemble. Si nous ne faisons pas cela rapidement, cela aura des conséquences dramatiques.

Philippe ALENGRY,

région Occitanie.

Ce que je n’avais jamais fait : devant des journées vierges de tout rendez-vous j’ai commencé par faire certaines choses mais sans trop d’organisation et, au bout du compte, je n’avançais pas. J’ai vu sur Internet que je n’étais pas le seul à chercher une solution et j’ai trouvé une proposition que j’ai appliquée : se faire un programme journalier dont les pauses font partie. Ce fonctionnement m’a donné un cadre et des résultats. Dans le même esprit nous savons tous qu’il est bon de faire un peu de marche, mais cela me paraissait plus compliqué pendant le confinement. Le fait de le mettre dans les activités de la journée m’en a facilité la pratique, que je conserverai après. Le déconfinement génère un grand espoir de liberté mais on sait dès-à-présent ... que l'on ne sait pas bien comment il va se passer ! Nous devrions être en zone verte (Loire Atlantique) mais ce n'est pas pour autant que l'on pourra aller où l'on veut, ni faire n'importe quoi. Donc crainte pour les activités collectives jusqu'à septembre au moins, sinon jusqu'à la fin de l'année. Mais l'espoir fait vivre. Raymond BASTIEN

Nous avons bien vécu le confinement grâce à un environnement agréable et spacieux, des voisins attentifs prêts à faire nos courses; en un mot nous étions des privilégiés. Nous avons passé beaucoup de temps à ranger, trier; le confinement ne sera pas assez long pour nous permettre de tout faire....

Pas de disette pas de rationnement des produits alimentaires.Cela tient du miracle merci les grands distributeurs et leurs centrales d'achats. Il faudrait aussi les applaudir. Cependant avec mon épouse Nous ne pensons pas que la crise sanitaire soit derrière nous . Le management dans l'ambiguïté pratiqué par les pouvoirs publics génère pour nous une situation de grande confusion. Il ne suffit pas de changer les mots pour changer une situation de grand désordre Les maires devraient faire face? Maires non élus ,les uns en attente de second tour les autres en attente de réunion de leur conseil? Serons nous en phase 1 2 ou 3 Les enfants doivent ils se rendre à l'école ? Quid du soutien scolaire? Seront nous en rouge ou en vert ? Peut on sérieusement utiliser les transports collectifs ? Que faut il faire pour les populations à risque, rester chez sois? reprendre une activité normale? Doit on accepter que l'aide à domicile revienne à la maison sans risque? Et notre tailleur de haies et la voiture à réviser et le dentiste.et... Les personnes malades du Covid et guéries sont-elles immunisées ? C'est la principale question. La concurrence et les marchés ne règlent pas ce genre de catastrophes... ni les diktats des sondages.Il nous faut des convictions Nous manquons de directives pas de consultation car nous sommes en terres inconnues... Si gouverner c'est prévoir... bon courage. Amicalement C CARBASSE Montpellier

Déconfinement a risque on a eu l'impression qu'a notre âge on n'avait pas d'autres solutions que de disparaître un poids pour la société

Pendant le confinement, avec mon

épouse, nous gardons le même rythme

de vie et nous nous sommes occupés

dans le jardin où il y a toujours

quelque chose à faire.

C'est aussi le lieu que nous avons

utilisé pour faire de l'exercice (marche)

sans avoir à remplir une Attestation

de Déplacement Dérogatoire.

Mais l'exercice physique n'était pas

suffisant pour remplir correctement

les journées et pour avoir un exercice intellectuel journalier nous effectuons une partie de SCRABBLE quotidienne. Nous gardons un historique des résultats depuis pas mal de temps et nous cherchons toujours à améliorer nos scores : - maximum pour un mot 148 points (mot scrabble avec utilisation de deux cases comptant triple donc multipliant par 9 la valeur) - maximum pour le total de la partie 887 points. A vous de battre ces scores !!!

Association du Monde des Energies

  • Facebook App Icon
06 31 36 36 26